I SERVICE PRESSE I « H’wwah. Le chemin de la vie » de Maxence Marin

I SERVICE PRESSE I « H’wwah. Le chemin de la vie » de Maxence Marin

Dissimulée sous un monticule suffocant de peurs, la lueur, seule, incomprise, et triste, s’essouffle et s’amenuise. Cette lueur, c’est celle de Miriam. Celle qu’elle a oublié de raviver, celle qui est toujours quelque part mais que l’on risque d’égarer si l’on cesse de la cultiver.

Dans « H’wwah. Le chemin de la vie, à travers l’histoire de cette femme en proie à la morosité et au désespoir, l’auteur dépeint un conte universel contemporain où l’ombre se dissipe au profit d’une lumière vive et bienveillante. À travers le regard, les actes et les paroles de son héroïne, il délivre un message essentiel : celui de l’urgence de nous abreuver d’amour à notre égard ; un peu, beaucoup, passionnément.

Je tiens à remercier Maxence Marin pour l’envoi de ce service presse. À l’aube du sentier emprunté par Miriam, j’ai goûté la douceur de son environnement salvateur, tout là haut, au sommet de sa montagne.


4e de couverture (résumé) :

Rupture amoureuse, déchirement familial, deuil, pression au travail… La vie de Miriam n’est qu’une succession d’épreuves. Elle qui rêvait de liberté se retrouve prisonnière d’un quotidien qui l’étouffe. Le jour où son corps la lâche agit comme le début d’une renaissance. Et si elle renouait avec ses rêves ?Écouter son cœur et ses émotions… Repousser la facilité et les conventions… Suivre une autre voie… Sa propre voie enfin…Celle qui mène à la sérénité de l’âme.

H’wwah. Le chemin de la vie de Maxence Marin, autoédition, 2021

| SERVICE PRESSE |  » Mode avion  » de Mickaël Parisi

| SERVICE PRESSE |  » Mode avion  » de Mickaël Parisi

«  Peu importe l’endroit où je me rendais, les horloges n’avaient pas d’aiguilles. » (extrait)

Une âme égarée flottait dans les airs. Elle s’agrippait en vain aux êtres qui croisaient son chemin. Elle avançait, se transformait, se métamorphosait et pourtant, une perpétuelle remise en question décuplait sa présence dans chaque lieu qu’elle habitait. Cette âme, c’est celle du narrateur de « Mode avion ». Elle m’a conté le périple le plus déroutant et surprenant qu’il m’ait été donné de lire.

Singulier vertige du temps, temps du vertige singulier, l’auteur se dispense de planter le décor, ingrédient pourtant communément répandu dans les œuvres de fiction. Son orchestration narrative est minutieuse et une certaine vacuité se dégage d’un paysage paradoxalement saturé de couleurs, de sons, de paroles, de pensées, de symboles et, de présences. Résolument contemporaine, à travers chaque phrase, chaque page, l’histoire interroge les fêlures d’un monde occidental offrant aux lecteurs un accès aux possibles, lui frayant un chemin vers des alternatives aussi originales qu’insolites.

Le rythme galope et s’emballe dans un roman caustique au langage cru, empli d’ironie et parsemé de réflexions justes et judicieuses en quelques dizaines de pages seulement. Véritable concentré de réflexions sur le sens de l’existence, nos modes de vie et les conséquences qui en découlent sont passés au crible.

Je tiens à remercier l’auteur de ce roman, Mickaël Parisi, de m’avoir envoyé son manuscrit. Grâce à lui, bien que les horloges avaient conservé leurs aiguilles durant la lecture, leur tic tac s’est évaporé tant ce récit hors normes m’a captivée.

Connaissez-vous l’univers singulier de l’auteur ?

Avez-vous déjà lu l’un de ses romans ?


Résumé (4ème de couverture) :

Depuis que cette drôle de femme – dont le visage est recouvert de balafres – me suit constamment en plein Japon, je me retrouve à prendre des bains de mygales, à faire des publicités pour un parfum que je n’ai jamais essayé, à parler couramment Slovène avec des personnes intitulées Arrogance ou Culpabilité, à tenir la main de gens mourants pour me sentir mieux…
Était-il possible que je devienne un prophète ou avais-je un peu trop abusé des boissons alcoolisées locales ?

Mode avion de Mickaël Parisi, auto-édition, 2019

Ce service presse* émane d’une demande qui m’a directement été adressée par l’auteur.

* Qu’est-ce qu’un Service Presse ?

Afin de lancer ou de relancer la promotion d’un livre, un auteur ou une maison d’édition est fréquemment amené à contacter des rédacteurs, généralement des journalistes ou des blogueurs, pour leur proposer de recevoir l’écrit et de produire une chronique (un type d’article publié à une fréquence plus ou moins régulière dans lequel le rédacteur émet son avis) à son sujet.

Dans certains cas, les éditeurs lancent un appel à candidature dans le but de sélectionner les chroniqueurs avec lesquels ils souhaitent collaborer ponctuellement ou pour un partenariat de longue durée.