I SERVICE PRESSE I « H’wwah. Le chemin de la vie » de Maxence Marin

I SERVICE PRESSE I « H’wwah. Le chemin de la vie » de Maxence Marin

Dissimulée sous un monticule suffocant de peurs, la lueur, seule, incomprise, et triste, s’essouffle et s’amenuise. Cette lueur, c’est celle de Miriam. Celle qu’elle a oublié de raviver, celle qui est toujours quelque part mais que l’on risque d’égarer si l’on cesse de la cultiver.

Dans « H’wwah. Le chemin de la vie, à travers l’histoire de cette femme en proie à la morosité et au désespoir, l’auteur dépeint un conte universel contemporain où l’ombre se dissipe au profit d’une lumière vive et bienveillante. À travers le regard, les actes et les paroles de son héroïne, il délivre un message essentiel : celui de l’urgence de nous abreuver d’amour à notre égard ; un peu, beaucoup, passionnément.

Je tiens à remercier Maxence Marin pour l’envoi de ce service presse. À l’aube du sentier emprunté par Miriam, j’ai goûté la douceur de son environnement salvateur, tout là haut, au sommet de sa montagne.


4e de couverture (résumé) :

Rupture amoureuse, déchirement familial, deuil, pression au travail… La vie de Miriam n’est qu’une succession d’épreuves. Elle qui rêvait de liberté se retrouve prisonnière d’un quotidien qui l’étouffe. Le jour où son corps la lâche agit comme le début d’une renaissance. Et si elle renouait avec ses rêves ?Écouter son cœur et ses émotions… Repousser la facilité et les conventions… Suivre une autre voie… Sa propre voie enfin…Celle qui mène à la sérénité de l’âme.

H’wwah. Le chemin de la vie de Maxence Marin, autoédition, 2021

 » Le plus bel endroit du monde est ici  » de Francesc Miralles et Care Santos

 » Le plus bel endroit du monde est ici  » de Francesc Miralles et Care Santos

« Le plus bel endroit du monde est ici ». À la simple évocation du titre de ce court roman, mes yeux s’embuent, mes lèvres s’étirent spontanément en un sourire paisible et mon regard, je le sais, se pare d’une douce chaleur. L’émotion m’enveloppe, et ce n’est pas tout à fait de la tristesse ; l’émotion m’étreint, et ce n’est pas tout à fait de la nostalgie ; l’émotion me submerge, et je comprends qu’un tourbillon de bonheur indéchiffrable m’a emportée dans sa vague, et mon cœur bat au rythme d’une magie mystique.

Un rayon de soleil s’infiltre entre les pages de mon livre et les mots ondulent sur le papier, ils concourent à la construction du monde fabuleux d’Iris, cette héroïne fragile et authentique dont le regard face aux évènements de la vie est sans cesse mis à l’épreuve. À présent, j’ai l’intime conviction que, pour vivre mille vies au travers de la lecture, je devais prendre la place d’Iris pour flotter dans les airs et m’autoriser des rêveries illimitées.


4e de couverture (résumé) :

Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos aux éditions pocket, 2014

 » Le prophète  » de Khalil Gibran

 » Le prophète  » de Khalil Gibran

 » Possédez-vous des souvenirs, ces arches miroitantes qui franchissent les cimes de l’esprit ? « 

Une chose essentielle m’a frappée lorsque j’ai découvert les premières pages de ce texte, c’est que certains livres recèlent tant de symboles et d’idées à philosopher qu’une lecture unique les condamneraient à n’être qu’une accumulation d’encre sur du papier, des mots errants sans fondement, des concepts creux sans écho.

Ce livre est comme un bouquet de fleurs que l’on confectionne. Chaque lecture nous enchante par sa poésie ; chaque question nous plonge dans la réflexion  et, comme si cela ne suffisait pas, par le voyage intérieur qu’il nous offre est si fascinant que chaque phrase nous confère la soif de ne jamais cesser d’explorer les âmes et l’humanité.

Et vous, qu’avez-vous ressenti en lisant  » Le prophète  » ?


4e de couverture (résumé) :

Une langue limpide, des images évocatrices et forte : à travers l’enseignement d’Al-Mustafa se dessinent quelques-uns des trésors de l’expérience humaine. Rien n’échappe à la leçon du Sage : amour, joie, liberté, douleur, connaissance de soi, beauté, couple, passion, mort… La vie la plus intime, comme les problèmes les plus quotidien. Hymne à la vie et à l’épanouissement de soi, Le Prophète s’impose désormais comme l’un des textes cultes du XXème siècle.

Le prophète de Khalil Gibran aux éditions Le livre de poche, 1993 (1e édition 1923)