« Personne n’aime comme nous » de Vladimir Nabokov

« Personne n’aime comme nous » de Vladimir Nabokov

« Mais il y a des choses dont il est difficile de parler, de peur que le contact des mots n’efface leur merveilleux pollen… »

Un frisson franc. Cette sensation d’un amalgame de force et de puissance inouïes et simultanées. Les lettres de Vladimir Nabokov à sa femme Vera m’ont foudroyée à la seule découverte des premières lignes de ce merveilleux recueil. La richesse de sa plume allie réalisme et rêverie avec une telle finesse qu’elle apparaît comme indécelable.

J’aime me perdre dans la littérature, mais ce que j’aime pardessus tout, c’est d’y rencontrer la beauté infinie dans le quotidien, le formidable dans l’ordinaire. Ce merveilleux pollen : une phrase, deux mots et une image qui possède cet étonnant pouvoir de faire chavirer le cœur, mais aussi les souvenirs.

Et c’est dans l’urgence du partage que je vous communique mes premières émotions sur ce livre que je vais déguster avec parcimonie, chaque jour, pour en apprécier toute l’essence jusqu’à ce que j’explore à nouveau l’univers de cet écrivain hors du commun.

Merci aux éditions 1001 nuits de publier des trésors si précieux. Si vous ne connaissez pas encore cette collection, le moment est peut-être aussi venu pour vous de flirter avec la prochaine lecture qui apportera un nouveau souffle à vos coups de cœur.


4e de couverture :

Recueil de lettres écrites par Vladimir Nabokov à son amour Vera.

Personne n’aime comme nous de Vladimir Nabokov aux éditions 1001 nuits, 2022

Quelques lectures qui ont marqué mon année 2021

Quelques lectures qui ont marqué mon année 2021

Je vois défiler un nombre conséquent de chroniques livresques produites à une rapidité que je ne pourrais égaler ; je vois défiler des photos et des mises en scène mettant à l’honneur des livres qui outrepassent mon inventivité ; mais je vois, surtout, des lecteurs et des lectrices si attachés aux pages qu’ils tournent, aux couvertures qu’ils étreignent de leurs mains, aux mots que leurs regards capturent, qu’ils mettent du cœur à l’ouvrage et ouvrent leur monde foisonnant de livres, toujours prêts à accueillir un avis, toujours prêt à accueillir la diversité, toujours prêts à témoigner de leur bienveillante nécessité de partager, car, après tout, n’est-ce pas la raison essentielle qui nous a tous réunis dans ce vaste cocon de passionnés des histoires de papier ?

Ai-je déjà décliné mon identité de lectrice durant ces cinq derniers mois ?

Je m’appelle Évangélia et je suis une lectrice lente et nostalgique ; je suis, et resterai sans doute à jamais, une lectrice qui ne se résoudrait en aucun cas à accélérer sa cadence de lecture, de peur de perdre l’essentiel : l’incroyable beauté de la langue française qui ne cesse de m’émouvoir et de stimuler mon esprit.

À mon tour, je ne vous partagerai pas une liste interminable des meilleurs livres qui ont croisé mon chemin cette année, d’autres réaliseront cette tâche mieux que moi, avec davantage de titres, de genres et de clichés à couper le souffle. Je voudrais simplement vous communiquer mes surprises, mes saisissantes rencontres, les émotions vives qu’elles m’ont incontestablement procurées.

« Le voyage de Pénélope » de Marie Robert

Avec Pénélope, le temps s’arrête, les époques s’entremêlent et l’écriture se pare d’une douce poésie lumineuse.

« La librairie de la place aux herbes » de Eric de Kermel

Ce roman est une ode au livre, à cet objet universel dont le caractère sacré perdure, nous envoûte, et cimente nos liens.

« Onze minutes » de Paulo Coelho

Le récit initiatique d’une prostitué qui nous apporte un lot de sentiments parfois contradictoires à l’égard de l’héroïne, avec qui l’on avance, l’on trébuche et l’on finit pas comprendre certaines choses, chemin faisant.

« Paros vu de la mer » de Valérie Rose Benoit

On se perd dans les méandres des pensées du personnage principal dont l’histoire est à la fois fascinante, déroutante et éclairante à propos de la vie, du lien à autrui, des sensations et, surtout, des perceptions.

« L’Odyssée » de Homère

Que dire de l’enivrante poésie du texte de cette légende de la littérature ? « l’aube aux doigts rose » persiste à vivre dans mes souvenirs de lectrice les plus magiques.

« My absolute darling » de Gabriel Tallent

Comment pourrais-je parler de ce livre aussi angoissant que remarquable ? Turtle incarnera toujours l’une des héroïnes les plus réalistes et courageuses qu’il me sera donné de découvrir.

« Le consentement » de Vanessa Springora

Un récit autobiographique dont la puissance me hante encore.

Submergée de vives réminiscences de lecture, en rédigeant cette chronique particulière pour vous ouvrir mon monde des livres, je me rends compte ô combien j’ai toujours eu cette chance inouïe d’être entourée par cet inégalable présent qu’est la littérature.

secretbrulant

« Brûlant secret » de Stefan Zweig

« Brûlant secret » de Stefan Zweig

« Dehors, un vent léger agitait les arbres, et la résille de leurs branches nues brisait en mille éclats mouvants le miroir immobile de la lune. » Une remarquable poésie découle des mots de Stefan Zweig, c’est indéniable. Il a cet incroyable don de bercer tout amoureux des mots. Et lorsque l’on s’essaie à parler de ses écrits, la première pensée nous traversant l’esprit est sa capacité à dépeindre la complexité des émotions humaines qui suffit à être repérée à la lecture d’un seul de ses livres. Il sait en décortiquer finement ses nuances subtiles et dévoiler ses zones obscures avec une vivacité passionnée. Ici, les protagonistes sont anonymes, il ne juge pas utile de les encombrer d’un nom. Dépouillés de toute identité individuelle, seule l’étiquette d’appartenance de genre compte. L’histoire est simple, linéaire, valorisant ainsi les thèmes au cœur de ce récit: l’amour et la trahison qui en découle, ce brûlant secret capable de consumer notre âme.

« Brulant secret » est la première histoire que j’ai lue de cet auteur et j’ai été enivrée par son style et sa manière de voir le monde. J’ai, par la suite, lu deux autres de ses livres, mais c’est celui-ci qui, sans conteste, est mon favori.

Êtes-vous, comme cela est mon cas, tombé en admiration pour la plume de cet auteur ?

Lequel de ses écrits avez-vous préféré ?


4ème de couverture (résumé) :

Seul, un jeune aristocrate foule le quai de gare d’une station de montagne. Arrivé à son hôtel, à l’affût de la moindre rencontre, il entrevoit une femme élégante, l’air lointain, en compagnie d’un garçonnet. Prêt à tout pour la conquérir, il va feindre l’éclosion d’une amitié avec le fils pour atteindre la mère. Et bientôt, le petit Edgar ne comprendra pas la raison, celle qu’on lui tait et qu’il pressent brûlante, de leur soudaine métamorphose…

«Oh, le savoir, savoir enfin ce secret, le comprendre, tenir cette clef qui ouvre toutes les portes, ne plus être l’enfant à qui l’on cache et dissimule tout, ne plus être celui qu’on berne et qu’on dupe. C’est le moment ou jamais! Je vais bien le leur arracher, ce terrible secret.»

Brûlant secret de Stefan Zweig aux éditions folio, 2018