« La machine à explorer le temps » de H.G. Wells

« La machine à explorer le temps » de H.G. Wells

Combien de fois avons-nous déjà songé à ce que fut et sera le monde ? Aux avancées, aux progrès, à tout ce que nous n’avons pas connu et n’aurons pas la possibilité d’explorer ?

1895 témoigne de ces expériences qui, au simple fait d’y songer, nous mettent en effervescence, nous procurent un enthousiasme sans pareil. 1895, c’est une fin de siècle où une musicalité nouvelle règne sur la surface du globe. Alors bercé par les notes créatives d’êtres dotés d’une imagination débordante, le monde, ébahi, découvre le cinéma, cette fascinante machine projetant quelques 25 images par seconde pour nous immerger dans un spectacle à trois dimensions.

En littérature, H.G. Wells a démontré son génie en transcendant avec brio la réalité de l’époque, plongeant ainsi les férus de curiosités en tout genre dans la quatrième dimension avec l’histoire d’une création scientifique virtuelle inégalable : une machine à explorer le temps. Le héros extraordinaire de son roman s’engouffre en l’an 802701 dans un environnement hors du commun et si dissemblable de celui auquel il est accoutumé.

Ce livre n’est bref qu’en terme de nombre de pages. Il en est autrement de son contenu si étoffé, si riche. Sa finesse analytique de l’Homme et son déclin possible nous fascinent ; la beauté descriptive de ce monde décadent et imaginaire nous emporte ; et, surtout, les subtilités du talent narratif d’un héros aspiré par une époque, aspiré par un autre temps, aspiré par l’étrange nous surprennent autant qu’elles nous émerveillent.

J’ai lu ce classique culte de la Science-fiction, et je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que j’aimerais aussi, à l’image de l’explorateur de Wells, être dotée de ce pouvoir fictif et mystérieux de m’aventurer à manipuler le fil du temps, ne serait-ce que pour remonter celui où j’ai découvert cette incroyable histoire.

Ce roman phare fait-il aussi partie de votre collection ?


4ème de couverture (résumé) :

La machine à explorer le temps de H.G. Wells aux éditions Gallimard, collection Folio SF, 2019 (éd. originale, 1895)

« Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée – ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s’évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.