« Dora Maar et le Minotaure » de Slavenka Drakulic

« Dora Maar et le Minotaure » de Slavenka Drakulic

La vie toute entière de Dora Maar, photographe maudite et « muse-objet » de Pablo Picasso, semble avoir été une interminable mosaïque composée d’impertinents éclats, qui n’obéissent à aucune règle. Son environnement était sombre, les paysages qui la cernaient tumultueux et le prisme au travers duquel elle observait son existence, une surface fissurée, brisée par les douloureuses épreuves que lui infligeait la vie, mais, surtout, par sa rencontre avec le célèbre peintre. Dans cet écrit intitulé « Dora Maar et le minotaure », Slavenka Drakulic livre un récit absolument captivant et fascinant. Chaque détail dans son écriture et ses choix narratifs nous offre la vision tourmentée d’une femme dont on comprend l’inévitable souffrance, mais que l’on pressent par moment comme victime consentante, et celle d’un homme au pouvoir absolu et à la volonté souveraine auxquels rien ne résiste.

Le final est grand, beau, magistral. Cette façon qu’a l’auteure de maintenir une tension persistante malgré son apparente absence m’a procuré un véritable frisson. Picasso n’est plus, et la brume prégnante s’est substituée à une brise débarrassée de son influence néfaste, mais dont l’air restera à jamais chargé de sa présence spectrale.

Avez-vous succombé à la curiosité de découvrir cet ouvrage qui s’inscrit dans « Les indomptées », une collection des éditions Charleston qui a vu le jour début 2021 ?

Qu’en avez-vous pensé ?


Résumé (4ème de couverture) :

« J’avais découvert posé sur le lit un petit dessin représentant une femme et un homme à tête de taureau. (…) Le dessin est brutal. Je le déteste. Je l’adore. Je ne m’en déferai jamais. (…) Sur ce dessin, c’était moi. Ni Olga, ni Marie-Thérèse, ni aucune autre de ses amantes de passage dont il ne se rappelait pas les noms. J’étais l’élue, j’étais la gagnante, j’étais marquée. J’étais à lui. »

Photographe renommée, figure prometteuse de l’avant-garde parisienne, amie intime des surréalistes André Breton et Man Ray, Dora Maar est une artiste accomplie et célébrée lorsqu’elle rencontre Pablo Picasso en 1936. Fascinée par le génie du peintre, elle rêve d’un compagnonnage artistique, d’une vie à deux faite d’amour et d’art.

Mais pour Picasso, le seul art qui compte est le sien, et leur relation ne sera pour lui qu’un matériau inépuisable pour sa propre créativité. Projetée en pleine lumière par son statut de muse, Dora Maar devient, sous les pinceaux de Picasso, une des femmes les plus scrutées de son temps, mais son art et son individualité resteront à jamais dans l’ombre du maître.
De leur histoire destructrice, elle sortira anéantie.

Dans ce journal intime fictif, Slavenka Drakulic dresse le portrait tragique d’une femme et artiste extraordinaire et offre une voix à celle qui en fut privée.

Dora Maar et le minotaure de Slavenka Drakulic aux éditions Charleston, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.