« Origami blues » de Sarah Clain

« Origami blues » de Sarah Clain

Je referme ce livre qui se conclut à la page 212, et emporte ce monde avec moi, un sentiment de blues naissant. J’ai voyagé dans cet univers onirique qui me laisse un sentiment d’espoir. J’y ai aperçu un décor à l’atmosphère de tous les possibles, une atmosphère où ciel et terre se confondent et fusionnent. J’ai alors observé la magie qui se dégageait de la boutique d’origamis de Florence, cette héroïne nostalgique et secrète. À l’intérieur, après avoir passé la porte, le ciel paraissait si proche qu’il semblait se confondre avec la devanture, comme s’il était à portée de main, d’un bleu profond, tapissé d’étoiles scintillantes et, lorsque j’ai orienté mon regard vers le sol, je suis allée à la rencontre du papier, ce matériau ancien que l’on chérit tant. Il est apparu dans mon champ de vision et quelque chose de mystérieux s’est produit. Il était abondant, s’entassait, se métamorphosait. Il était outil, et témoignait d’un rôle crucial, celui de participer au tissage de relations qui constituent le monde de chacun d’entre nous, notre précieux univers, ce microcosme dans lequel nous gravitons.

L’auteure du roman nous incite à pénétrer dans la bulle de l’héroïne, à suivre, tel un jeu de pistes, les indices, parcelles de son adolescence, qui parsèment ce récit et le transforment en véritable ode à la jeunesse, à l’amour, à l’espoir, mais surtout, à la vie.

Avez-vous, comme moi, découvert et apprécié l’univers énigmatique de Florence et de ses origamis ?


Résumé (4ème de couverture)

Entourée de grues, de dragons et autres merveilles de papier coloré, Florence est heureuse. Sa boutique spécialisée dans l’art du pliage japonais est un véritable petit paradis dans lequel elle évolue, loin des démons de son passé. Elle a façonné sa vie comme on crée un origami, avec un soin impeccable, jusqu’à être satisfaite du résultat. Mais un origami cache de nombreux plis, et l’apparence parfaite de la vie de Florence est une illusion qui ne demande qu’à se briser.

Un étudiant qui entre dans sa boutique, sa sœur, qui part s’installer à l’étranger, un bel homme qui croise sa route, et voilà que petit à petit, tous les secrets de Florence se déplient. Parfois, la seule façon d’avancer est de tout remettre à plat…

Origami blues de Sarah Clain aux Éditions Charleston, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.